Hôpital privé avec bloc opératoire
Diagnostics

Cystite intertielle (syndrome de vessie douloureuse)

C’est quoi La cystite interstitielle (syndrome de la vessie douloureuse)

Elle se caractérise par des douleurs sus pubienne et des envies fréquentes d’uriner (ténesme vesical), le jour comme la nuit. Ces douleurs et ces envies d’uriner sont souvent très intenses, parfois insupportables. Les douleurs peuvent aussi toucher l’urètre et le vagin . Typiquement, la miction soulage partiellement ou complètement ces douleurs pour une courte durée.

Le syndrome évolue différemment d’une personne à l’autre. Au début, les symptômes tendent à apparaître puis à disparaître d’eux-mêmes. Les périodes de rémission peuvent durer plusieurs mois. Les symptômes ont plutôt tendance à s’aggraver avec les années. Dans ce cas, les douleurs s’accentuent et les envies d’uriner deviennent plus fréquentes.

La cystite interstitielle touche surtout les femmes. Elle peut se déclarer à tout âge à partir de 18 ans. La cystite interstitielle touche environ de 5 à 10 fois plus de femmes que d’hommes.

Pour l’instant, il n’existe pas de traitement curatif. Cette maladie qui est considérée comme chronique.

Qu’elles sont les causes d’une cystite interstielle (syndrome de vessie douloureuse) ?
L’origine de la cystite interstitielle n’est pas connue avec certitude. Certaines personnes relient son apparition à une intervention chirurgicale, à un accouchement ou à une infection urinaire sévère .Cependant , elle peut souvent survenir sans cause déclenchantes. La cystite interstitielle est probablement une maladie multifactorielle.

Altération de la paroi de la vessie.

Pour une raison inconnue, la couche protectrice tapissant l’intérieur de la vessie semble altérée. Cette couche empêche normalement les substances irritantes contenues dans l’urine d’entrer directement en contact avec la paroi de la vessie.

Couche protectrice intravésicale moins efficace.

Chez les personnes souffrant de cystite interstitielle, cette couche protectrice agirait de façon moins efficace. L’urine pourrait donc irriter la vessie et entraîner une inflammation et une sensation de brûlure.

Maladie auto-immune.

L’inflammation de la vessie pourrait être due à la présence d’anticorps nocifs s’attaquant à la paroi de la vessie (réaction auto-immune).

Hypersensibilité des nerfs de la vessie.

Les douleurs ressenties par les personnes atteintes de cystite interstitielle pourraient être des douleurs « neuropathiques », c’est-à-dire causées par le dérèglement du système nerveux de la vessie. Ainsi, une toute petite quantité d’urine suffirait à « exciter » les nerfs et à déclencher des signaux douloureux plutôt qu’une simple sensation de pression.
Comment faire le diagnostic d’une cystite intertielle (syndrome de vessie douloureuse)?
Il s’agit essentiellement d’un diagnostic d’exclusion qu’il est difficile à établir. Il ne peut être confirmé qu’une fois que toutes les autres causes possibles ont été éliminées. Elle peut se confondre, entre autre,avec une infection urinaire, de l’endométriose, une infection à chlamydia et une vessie hyperactive.

Analyse et cultures d’urine

Ils sont généralement normaux.

Cystoscopie avec hydrodistension de la vessie.

La présence de glomérulations qui sont de fines fissures ou de petites hémorragies. Elles sont très caractéristiques de la cystite interstitielle dans la majorité des cas. Moins fréquemment, on peut observer des ulcères de Hunner.

Le bilan urodynamique

En cas de cystite interstitielle, on découvre avec ces examens que la capacité vésicale est diminuée. L’envie d’uriner et les douleurs apparaissent pour un volume plutôt précoce.
Qu’elles sont les symptômes d’une cystite interstielle (syndrome de vessie douloureuse ?
Les symptômes peuvent survenir par « crises » entrecoupées de périodes d’accalmie. Certaines personnes souffrent de douleurs modérées, tandis que d’autres se plaindront de douleurs insupportables et d’envies d’uriner quasiment permanentes. Chez une même personne, l’intensité des symptômes peut également varier énormément d’une semaine à l’autre ou d’un jour à l’autre.
  • Une douleur suspubienne.
  • Plus la vessie est pleine, plus la douleur est intense. La douleur peut irradié dans le bas du dos , ainsi que le vagin, l’urètre et le rectum. Elle est constante ou intermittente, et peut diminuer après avoir uriné.
  • Une envie persistante d’uriner (ténesme vésical).
  • Le besoin d’uriner se fait sentir jour et nuit, pour évacuer quelques gouttes d’urine chaque fois. En plus d’être fréquent, le besoin d’uriner est douloureux et des mictions impérieuses.
  • Une sensation de brûlure.
  • Des douleurs intensifiées au moment des relations sexuelles ou juste après.
Qu’elles sont les traitement non médicaux de la cystite interstielle ?
Modifications alimentaires.
  • Si l’alimentation augmente le degré d’acidité de l’urine, les douleurs de la cystite interstitielle sont augmentées. Aussi, les personnes atteintes de cystite interstitielle remarquent que leurs douleurs s’aggravent de 2 h à 4 h après avoir mangé certains aliments. Ainsi, jusqu’à 6 personnes sur 10 atteintes de cystite interstitielle peuvent clairement reconnaître des aliments nuisibles responsables de douleurs accrues.
  • Toutes les boissons gazeuses, tous les sodas et colas.La caféine , le chocolat, L’alcool, Les piments forts et les plats épicés.
  • Les aliments et les jus très acides (plusieurs fruits, mais surtout les agrumes et les tomates).
  • Certains fruits et légumes : fèves, haricots, ananas, agrumes, banane, rhubarbe...
  • La plupart des noix, Les viandes et poissons fumés, le tofu. Le vinaigre (et les alimentes marinés dans du vinaigre), la moutarde, la sauce soya.
  • Éviter le jus de canneberge.
Neurostimulation électrique transcutanée (TENS)

Ce traitement est surtout utilisé lorsque les symptômes prédominent durant la nuit. Elle se fait à l’aide d’un appareil génèrant un courant électrique de faible tension. Cet appareil est relié à des électrodes apposées au bas du dos, au pubis, dans la region du périnée . Chez certaines personnes, le TENS réduit la douleur et la fréquence des mictions. Il le ferait peut-être en accroissant le flux sanguin à la vessie, en renforçant les muscles de la vessie ou en provoquant la libération de substances antidouleur naturelles.
Qu’elles sont les traitements médicaux de la cystite interstitielle ?
Il n’existe pas encore de traitement permettant de guérir définitivement la cystite interstitielle. Cela dit, plusieurs médicaments et traitements peuvent être proposés pour soulager les symptômes. Il faut savoir qu’il existe encore peu de données sur l’efficacité de ces traitements et que certains d’entre eux sont employés à titre expérimental. Puisque chaque personne répond différemment aux traitements, cela peut prendre plusieurs mois avant de trouver celui ou ceux qui conviennent.

Existes ils d’autres traitements innovateurs pour le traitement de la cystite intertielle (syndrome douloureux de la vessie)?
Médicaments oraux contre la douleur
  • Il s’agit souvent du premier traitement de soulagement suggéré par le médecin. Le choix du médicament repose en grande partie sur le type de symptôme qui prédomine.
  • Le pentosan sodique (Elmiron®) est le seul médicament par voie orale qui est spécifiquement indiqué pour soulager la douleur provoquée par une cystite interstitielle. Il est donc le plus utilisé. Ce médicament adhérerait à la muqueuse qui tapisse l’intérieur de la vessie, la protégeant ainsi des composants irritants de l’urine. L’effet thérapeutique optimal n’apparaît qu’après de 6 à 12 mois de traitement. Environ 30 % à 60 % des personnes rapportent une diminution de la douleur après 3 mois de traitement.
  • Les médicaments antalgiques (anti douleur) ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens.
  • Les médicaments antispasmodiques, les relaxants musculaires peuvent également être utilisés afin de relaxer la vessie autant que possible:- Les anticonvulsivants comme par exemple la Gabapentine, médicament utilisés pour traiter les douleurs chroniques,- Les médicaments Antidépresseurs. L’amitriptyline (Élavil®) est souvent utilisé et permet de soulager la douleur chez environ deux tiers des personnes atteintes de cystite interstitielle.- Des médicaments antihistaminiques (antiallergiques) comme par exemple l’hydroxyzine, médicament utilisé contre les allergies, est parfois utilisé.

    Instillations vésicales
    • Leur but est de remplacer temporairement la couche superficielle de l’intérieur de la vessie afin qu’elle soit moins irritable. Plusieurs médicaments peuvent être utilisés.
    • Le médicament le plus fréquemment employé est le diméthyl sulfoxide (DMSO).
    • Cystistat® composé de hyaluronate de sodium (sel d'acide hyaluronique).
    • Uracyst® contiennent du sulfate de chondroïtine.
    • Le médicament le plus fréquemment employé est le diméthyl sulfoxide (DMSO). L’héparine peut aussi être utilisée seule. Elle renforce la couche protectrice qui tapisse l’intérieur de la vessie. Les instillations sont généralement hebdomadaires, mais le soulagement est obtenu moins rapidement qu’avec le DMSO.
Existes ils d’autres traitements innovateurs pour le traitement de la cystite intertielle (syndrome douloureux de la vessie) ?
L’injection de plasma riche en plaquette intra vaginale (prp pour douleur vésicale ou urétrale lien traitement femme)est un traitement innovateur, prometteurs mais expérimental qui a amélioré la douleur de plusieurs patientes ayant des douleurs vaginales et urétrales associées.

Demande de rendez-vous

Joindre un fichier